Lancement des Vendredis Méditation à la librairie Le Chat Qui Pelote
19 octobre 2016
Nouveaux horaires pour les Ateliers Méditations
18 janvier 2017
Tout

A propos du mental humain

sri-prashant-s-iyengarDans le dernier numéro de Yogasara (automne 2016), revue officielle de l’Association Française de Yoga Iyengar®, le comité de rédaction nous offre un extrait de l’introduction de l’ouvrage de Sri Prashant S. Iyengar (fils de B.K.S. Yiengar) : Manuel des humanités. Il traite du mental humain. Je rappelle en préambule que la sophrologie s’est largement inspirée des pratiques et de la philosophie yogique. Bonne lecture.

Toutes les émotions auxquelles fait face l’être humain, comme la douleur ou le plaisir, l’amour ou la haine, la dévotion ou le blasphème sont à mettre sur le compte du mental. Ce dernier est facilement vulnérable aux émotions et aux circonstances. Il est très volatil et prompt à la fureur, l’anxiété et l’excitation. Un être humain est d’avantage torturé par son mental que par ses ennemis. Il est si complexe qu’il peut atteindre des excès et engendrer parfois des dédoublements de la personnalité, voire des états névrotiques ou hystériques irréversibles. C’est le même mental qui aspire à la connaissance et désire ardemment l’omniscience au plus profond de lui-même.

Une amplification inutile de l’angoisse, du désespoir, de l’anxiété, de la souffrance, de la tristesse et du tourment persécute l’humanité en la privant de sérénité. C’est pourquoi il faut garder le mental sous contrôle pour son propre bien-être et celui de ceux qui nous entourent. Un peu de contrainte est essentiel aussi pour gagner en sagesse. Le mental humain a besoin qu’on en prenne soin comme un enfant parce qu’il possède en lui un potentiel illimité de passer de la sainteté au démoniaque et de la sagesse à la folie. Bien que le mental soit délicat, doux et complexe, il peut exploser avec des effets catastrophiques sur l’individu, la société, l’humanité et le vivant dans son ensemble.

iyengar-familyLe mental humain possède d’innombrables fantaisies et fluctuations. L’homme est tourmenté par le mental. C’est lui qui le désespère tel un enfant mauvais ou méchant. Dans le monde moderne, l’homme exhorte de plus en plus son esprit à trouver la paix, la quiétude et la tranquillité. L’homme supplie le mental de lâcher-prise vis-à-vis de ses fantasmes ou de ses soucis et angoisses inutilement exagérés. Un poète d’une grande sensibilité aurait exprimé cette idée en ces termes : « Cuit dans les terribles charbons ardents… j’ai pris refuge dans la discipline du yoga. » Y.Bh. 2/33.(1)

(…) Le yoga, c’est le développement d’une capacité intérieure qui va aider le mental à refréner ses vibrations chimériques, violentes et turbulentes pour l’établir dans la sérénité. Cet état convoité d’un mental protégé et résistant à toute forme de souffrance s’acquiert en le transformant en élément non-conducteur du courant d’angoisses psychologiques ou du stress. On pourrait en quelque sorte appeler cette armure yoga.

L’homme ordinaire chérit un état qui ne connaît ni souffrance ni angoisse. Celui-ci s’acquiert grâce à la capacité intérieure de garder le mental sous contrôle. De telles facultés intérieures se développent par la pratique des principes du yoga, en adhérent à ces principes et par l’inculcation de la philosophie yogique. Et c’est par ce point-là que les Yoga Sũtra commencent en déclarant que « Le yoga c’est l’arrêt des fluctuations du mental » /Yoga cittavrtti nirodhah/.

yoga-ohmCe système de Patañjali semble aboutir au même point, lorsque le mental est définitivement sous contrôle et parvient à l’état de libération appelé kaivalya. Les Sũtra englobent dans le processus toute la recherche de l’être humain pour parvenir au summum qui est le point culminant de la religion et de la spiritualité. Par conséquent lorsqu’il y a effort pour réfréner toutes les envolées violentes et imaginaires du mental à partir de son être intérieur, on peut appeler ce processus le yoga.

Ainsi le yoga devient-il une voie indispensable pour tous ceux qui souhaitent s’affranchir des tourments mentaux et parvenir à la béatitude absolue, essentielle, infinie et parfaite. Toutefois, cela ne veut pas dire que le yoga ait la capacité de brancher le mental ou de rendre la conscience discontinue. Il commence par une canalisation judicieuse des forces mentales et une éducation de son contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.